Ne sous estimez pas le sommeil de votre l’enfant

Ne sous estimez pas le sommeil de votre l’enfant

Avoir un sommeil de bonne qualité et en quantité suffisante est fondamental pour être en bonne santé physique et psychique, enfant comme adulte.

Chez l’enfant, le sommeil est particulièrement important pour son bon développement. En effet, le cerveau n’est pas au repos pendant la nuit : inconsciemment, l’enfant traite et analyse toutes les informations et les stimulations qu’il a accumulé pendant la journée. Il reprend également des forces et de l’énergie pour le lendemain.

Le rôle du parent est de guider l’enfant dans son chemin vers le sommeil tout en respectant les besoins et envie de l’enfant. Maria Montessori expliquait que l’on ne devait jamais forcer un enfant à dormir, le ferions-nous pour un adulte ? Faisons-lui confiance quant à sa faculté à se réguler. Si on observe des tendances, il n’existe pas un âge type à partir duquel l’enfant doit faire ses nuits ou un nombre de siestes déterminés par jours.

Les deux premiers mois du bébé sont cruciaux dans son développement, car son sommeil débute directement par un sommeil paradoxal très profond, avant une période plus calme.

Par conséquent, il est conseillé de s’adapter le plus possible au sommeil de l’enfant bien que ce soit naturellement compliqué avec les contraintes du quotidien.

Connaître les cycles de sommeil de l’enfant permet de mieux s’en occuper.

source image :

ameli.fr/paris/assure/sante/themes/troubles-sommeil-enfant/sommeil-enfant-evolution-etapes

Le premier mois, l’enfant dort entre 16 et 20 heures par jours. Il ne différencie pas encore le jour et la nuit. Il s’adaptera à son rythme circadien quelques mois plus tard. Incitons-le à faire des siestes régulièrement.

Essayons, dans la mesure du possible, de réveiller le moins possible un enfant qui dort.

L’endormissement est un petit rituel qui doit être réalisé dans la douceur afin de rassurer l’enfant. Il faut toutefois être attentif à ne pas dépendre d’une routine trop précise qui pourrait créer une dépendance : à vous de juger.

Des petites phrases telles que « bonne sieste à tout à l’heure » ou « bonne nuit à demain » donnent à l’enfant des indications qui lui permettent de se repérer dans le temps. Rappelons-lui que nous l’aimons s’il est un peu angoissé. Nous pouvons également lui donner des doudous ou mettre des veilleuses. Le plus important est de ne pas créer une dépendance à l’égard d’un objet.

Il peut être judicieux de bien distinguer les changes et les repas du jour et de la nuit pour lui permettre de se situer (chuchotements, lumières…).

Enfin, observons attentivement l’enfant pour connaître ses besoins et ses envies.

L’excitation ou les pleurs d’un enfant traduisent parfois un sentiment de fatigue, parfois ce n’est pas le cas. C’est en s’intéressant et en regardant quotidiennement son enfant qu’on apprend à comprendre les signes extérieurs de sa fatigue.

 

 

Retour au blog

Partagez-nous vos questions et réflexions sur cet article !